Galerie
Napoléon
- Paris - Collection des Sceaux & Cachets

Sceau de cire - Révolution Française - 1796 - 62ème Demi-brigade d'Infanterie (Armée de Rhin-et-Moselle) | Portrait de Marianne - Figure symbolique de la République française
Fragment d'un document d'époque rédigé vers 1796 comportant le sceau de cire de la 62ème Demi-brigade d'Infanterie (Armée de Rhin-et-Moselle)

1796XVIIIème Siècle
  • Date : circa 1796
  • Siècle : 18ème Siècle
  • Période : Le Directoire
  • Passepartout : 40 x 30 cm
  • N° inventaire : FR-00592
240€
(Cadre non inclus)
  • Certificat d'authenticité
  • Passepartout inclus
  • Portfolio exacompta
  • Frais de port gratuits
  • Expédition sous 24H
  • Suivi en ligne
  • 101
  • 102
  • 103
  • 104
  • 105
  • 106
  • 107
  • 108
  • 109
  • 110
Révolution Française
Le Directoire
(1795-1799)

Titre

Sceau de cire - Révolution Française - 1796 - 62ème Demi-brigade d'Infanterie (Armée de Rhin-et-Moselle) | Portrait de Marianne - Figure symbolique de la République française

Type

Fragment d'un document d'époque rédigé vers 1796 comportant le sceau de cire de la 62ème Demi-brigade d'Infanterie (Armée de Rhin-et-Moselle)

Ce document historique est composé des 2 documents montés sous passepartout de qualité musée :

Document d'époque

Sceau de cire - 1796 - 62ème Demi-brigade d'Infanterie (Armée de Rhin-et-Moselle)

Type

Fragment d'un document d'époque rédigé vers 1796 comportant le sceau de cire de la 62ème Demi-brigade d'Infanterie (Armée de Rhin-et-Moselle)

Document illustré

Portrait de Marianne - Figure symbolique de la République française

Type

  • Impression sur soie
  • Document imprimé en 1974
  • Timbre et cachet commémoratif (non visible car sous le passepartout)

Collection des Sceaux & Cachets

Période Le Directoire

Le Directoire est un régime politique français de type directorial en place durant la Première République, du 26 octobre 1795 (4 brumaire an IV) au 9 novembre 1799 (18 brumaire an VIII).

Après la chute de Robespierre, le 10 thermidor an II (28 juillet 1794), la dernière année de la Convention nationale, nommée Convention thermidorienne est marquée par un retour progressif de la bourgeoisie au pouvoir après la Terreur. Elle choisit une commission de onze membres pour établir une nouvelle constitution remplaçant celle de l'an I, jugée trop démocratique et assimilée à la Terreur. Cette commission comprend l'ensemble des cinq Directeurs, chefs du gouvernement entre lesquels le pouvoir exécutif et les ministres sont répartis. Elle siègera au palais du Luxembourg. Mis en place, inspiré par la bourgeoisie, le régime rétablit le suffrage censitaire, qui sert à élire les deux chambres législatives, le Conseil des Cinq-Cents et le Conseil des Anciens.

Des incidents éclatent le 13 vendémiaire an IV (5 octobre 1795) lorsque 25 000 royalistes, sans plan bien défini, marchent sur les Tuileries où siège la Convention. C'est à Paul Barras que revient la charge de commander les opérations de défense, tandis que le général Bonaparte dirige l'artillerie qui mitraille les insurgés jusqu'à leur dispersion.

Des élections se déroulent du 12 au 21 octobre 1795 (20 au 29 vendémiaire an IV), en deux étapes. Il s'agit d'abord d'élire les membres des assemblées électorales qui devront ensuite élire les députés; puis de nommer les cinq Directeurs, qui doivent être choisis par le Conseil des Anciens sur proposition du Conseil des Cinq-Cents.

Les débuts du Directoire constituent une époque faste pour les armées françaises. La France est alors continuellement en guerre avec des coalitions étrangères, dont la Grande-Bretagne, l'Autriche, la Prusse, le Royaume de Naples, la Russie et l'Empire ottoman. Il annexa la Belgique et la rive gauche du Rhin, tandis que Bonaparte conquit une grande partie de l'Italie.

Les élections de germinal de l'an V (mars-avril 1797), dans le contexte troublé de la tentative de renversement du Directoire menée par Gracchus Babeuf (Conjuration des Égaux) affichent une grande victoire pour les royalistes. C'est un véritable désaveu pour la politique du Directoire. Le Coup d'État du 18 fructidor an V (4 septembre 1797), est mené par trois des cinq Directeurs (dont Paul Barras) soutenus par l'armée, contre les royalistes devenus majoritaires au Conseil des Cinq-Cents et au Conseil des Anciens. La poussée royaliste est stoppée et la répression est brutale. De nombreux députés et journalistes, ainsi que le Directeur Barthélemy, sont déportés en Guyane. Au sein de l'exécutif, les deux Directeurs démis de leurs fonctions sont remplacés par des républicains.

Sieyès souhaite renverser la Constitution de l'an III. Celle-ci ne pouvant être révisée qu'au bout de 9 ans. Le coup d'État du 18 brumaire an VIII (9 novembre 1799), organisé par lui-même et exécuté par Bonaparte, avec l'aide décisive de son frère Lucien, marque la fin du Directoire et le début du Consulat. Si les événements déterminants se produisent le 19 brumaire au château de Saint-Cloud, où le Conseil des Cinq-Cents et le Conseil des Anciens sont réunis, c'est le 18 que la conjuration met en place les éléments nécessaires au complot.

La préparation d'une nouvelle Constitution débute alors. Sieyès projetait la création d'un poste de Grand Électeur, qui lui permettrait de se hisser à la tête de l'État, mais Bonaparte manœuvre contre ses plans et la Constitution de l'an VIII donne le pouvoir exécutif au Consulat, auquel sont nommés Jean-Jacques-Régis de Cambacérès, Charles-François Lebrun et Bonaparte lui-même. Ce dernier va alors graduellement rassembler un pouvoir accru en se faisant nommer Premier Consul, puis, plus tard, Consul à vie.

Le Directoire est une époque de liberté morale qu'illustrent les Incroyables et Merveilleuses et le style Directoire, courant de mode caractérisé par ses extravagances, en réaction à la tristesse qu'avait répandue la Terreur.

Notre garantie

Avec plus de 20 ans d'expérience et un catalogue d'antiquités de plus de 40.000 gravures anciennes, dessins et documents historiques datant du XIVème au XIXème siècle, la Galerie Napoléon, galerie d'antiquités parisienne, est l'une des références françaises dans le domaine de l'estampe, la gravure et les arts graphiques.

En plus des milliers de passionnés de gravures en France et à travers le monde, la Galerie Napoléon est heureuse de compter parmi ses clients : archives nationales, musées, monuments historiques ainsi que de prestigieux cabinets d'architectes d'intérieur. Tous attirés par l'extraordinaire richesse de son catalogue ainsi que par la qualité et la rapidité de son service.

Ceci nous permet de garantir à chacun de nos clients l'authenticité des œuvres de notre catalogue ainsi que l'expédition des commandes sous 24 heures.

Personnalisation offerte

Choisissez gratuitement la couleur de votre passe-partout biseauté de qualité musée (fabriqué sans acide) parmi à un nuancier de 10 coloris.
Cette option vous sera proposée gratuitement dans le panier.

  • 101
  • 102
  • 103
  • 104
  • 105
  • 106
  • 107
  • 108
  • 109
  • 110

Livraison sécurisée

Les commandes sont expédiées partout dans le monde sous 24H dans un emballage sécurisé.

Les frais de port sont offerts pour toute commande supérieure à 50EUR pour la France, 70EUR pour l'union européenne (et Suisse) et 90EUR pour le reste du monde.

Pour les commandes inférieures à ces montants, les frais de port sont de 6EUR pour la France, 8EUR pour l'union européenne (et Suisse) et 10EUR pour le reste du monde.

Paiement sécurisé

  • Carte bancaire sécurisé par Paybox leader européen du paiement en ligne (CB, Visa, Eurocard/Mastercard)
  • PayPal (American Express,..)
  • Virement bancaire européen SEPA (IBAN/BIC/SWIFT)
  • Chèque bancaire (Compensable en France)
  • Mandat Administratif (Réservé aux établissements relevant de la comptabilité publique : Musées, Universités, Mairies, Conseils Généraux, Ministères...)